Moteur de Recherche :

Jean-Luc Matte

Les chroniques CD écrites pour Trad. Magazine
(14/20 Italie 3 : Italie du Nord)

De 1991 à 2009, j'ai rédigé diverses chroniques dans le revue Trad. Magazine que cette revue m'a autorisé à vous mettre en ligne. Les date de parution sont citées, mais ces textes ont été écrits au minimum deux mois auparavant et parfois jusqu'à plus d'un an...

Tout ceci était indépendant des chroniques que j'ai rédigé pour mes infosmumuses, mais pour cette mise en ligne, je ne me prive pas de mettre des renvois des unes vers les autres .... 

Page en chantier !!!! (mais mise en ligne pour assurer la cohérence des liens)


Le campanine

Ed. association Meridiana, c/o Diego Facoetti Via Moroni, 344 24127 Bergamo Italie

http://www.bandalpina.org

Durée : 65'

Valter Biella, presque anonymement présent à St-Chartier cette année, est connu pour ses recherches autour des cornemuses du nord de l'Italie (cf rubrique livres). Ses travaux ne limitent pas à ce domaine et il est également le réalisateur de plusieurs CD de collectages. Celui-ci est sans doute le plus original et m'a permis de découvrir une tradition dont j'ignorais jusqu'à l'existence : celle des carillons de table. Munis de lames d'aluminium ou laiton (parfois de verre comme c'est le cas sur un certain nombre de plage ici), ces petits métallophones de facture populaire se jouent posés sur une table et leur musique évoque étrangement celle des boîtes à musique, y compris dans le choix du répertoire (traditionnels ou répertoire spécifique à cet instrument). Le livret nous apprend qu'ils ont été utilisés au départ par les sonneurs de cloches pour répéter à domicile, visiblement l'usage a dépassé cette fonction première et les morceaux interprétés ne semblent plus se prêter réellement au jeu sur cloches.

Jean-Luc Matte (paru ( ?) dans le n° ? ? ?)

Rappel : Voir à partir de la chronique de "Il Baghèt - La cornemusa bergamasca"

 


GAISABER

ELECTRO CH'OC

Bagarre Records http://www.bagarre.org

Durée : 49'30

Voici un CD qui a déjà le mérite de l'originalité : un groupe italien métissant la musique traditionnelle occitane avec le style techno. Bien entendu il est aujourd'hui facile de réaliser n'importe quel "métissage", encore faut-il obtenir quelque chose de cohérent et pas uniquement une simple juxtaposition de styles et de techniques. Gaisaber ne s'en sort pas s'y mal, tout simplement parce que les deux ingrédients (trad. et techno) sont bien maîtrisés, qu'aucun des deux n'étouffe l'autre et que l'on n'a jamais l'impression que l'un des éléments à été surajouté. Je ne sais pas comment a été élaboré le produit (et je n'ai pas cherché à le savoir) mais tout cela donne l'impression qu'instruments trad. et électroniques jouent ensemble, surtout lorsque les sonorités se marient bien comme celle de la vielle avec les sons synthétiques et que les instrumentistes ont un bon niveau. On est donc loin de certains enregistrements techno au sein desquels quelques samples "ethniques" servent d'éléments décoratifs souvent caricaturaux. Ajoutons encore que quelques vocaux contrebalancent un peu le côté machines de la techno. Bien entendu, il ne faut pas être allergique à la techno et à la batterie pour apprécier cet enregistrement qui nous promène entre trad, techno, rock, voire néo médiéval un peu new-age.

Jean-Luc Matte (paru dans le n°89 mai-juin 2003)


PIVARI TRIO

PASSA RIPASSA

Durée : 56'07

Recommandé TM

Pour son premier CD, ce trio du nord de l'Italie a travaillé sur le répertoire collecté dans les années 70-80, principalement par Giuliano Biolchini, en Emilie-Romagne, dans les Appennins (une cinquantaine de km au sud de Modène). Ils sont d'ailleurs eu la bonne idée de mettre un petit extrait du document sonore original avant chacune de leurs plages. Leur interprétation ne vise toutefois pas à la reconstitution comme en témoigne l'usage du violoncelle ou du nickelharpa en sus de celui d'instruments plus traditionnels (mais pas forcément de cette région d'Italie) : baghet (cornemuse), ciaramella, diatonique, ocarina, clarinette… Non, leur interprétation, toute en demi-teinte, jamais surchargée, met surtout en valeur ces lignes mélodiques qui le méritent bien, à des tempos toujours modérés et ce n'est pas moi qui m'en plaindrais

Jean-Luc Matte (paru dans le n°90 juillet-août 2003)


 

Encadré Folkest N°1

A ma connaissance, aucun CD de cet éditeur n'a encore est chroniqué dans ces colonnes (1), ce qui méritait ce petit encadré afin de rétablir les choses. Folkest est un éditeur du nord de l'Italie, du Frioul plus exactement et il nous permet, entre autres, de découvrir l'activité musicale de cette région aux influences multiples : les Alpes au nord, l'Europe de l'Est à la frontière orientale, l'Italie au Sud et à l'ouest. Mais, visiblement, jusqu'à présent, c'est essentiellement le revivalisme européen qui marque la pratique et les sonorités. J'avoue qu'après avoir écouté ces divers albums, je n'ai pas une vision très claire de la musique traditionnelle du Frioul. Le groupe "La Sedon Salvadie" dont vous trouverez l'essentiel de la discographie décrite ci-dessous illustre bien cette tendance avec, notamment la recherche de sonorités folk, parfois d'ailleurs au détriment de la justesse du côté des anches…

La production de Folkest ne se limite pas à la musique traditionnelle italienne et j'ai laissé ci-dessous quelques exemples d'albums s'écartant plus ou moins nettement de notre centre d'intérêt principal.

Folkest n'est pas qu'un éditeur de CD c'est également l'organisateur d'un important festival du même nom qui se déroule dans diverses villes de la région durant tout le mois de juillet avec une affiche assez impressionnante (voir pub page 35 de TM n°89)

(1) NDLR, ce qui n'était pas tout à fait vrai, celui de D. Marusic ci-dessous ayant déjà été chroniqué... JLM janv. 2010

http://www.folkestdischi.com

http://www.folkest.com/

La Sedon Salvadie

IL GRI E LA MOSCJE

Durée :

1985 et 1983

Ne restez pas l'impression de la première plage, d'une interprétation un peu approximative et laissez vous charmer par les duos vocaux féminins beaucoup plus assurés ainsi que tout le reste de ce CD dont la principale originalité est la présence d'anciens musiciens traditionnels locaux. On remarquera, par exemple une intéressante pièce de cithare à la plage 6. A remarquer également la présence du lyron, sorte de violoncelle à trois cordes.

 

La Sedon Salvadie

SALUSTRI

Durée : 32'18

1989-90

Avec ce CD le groupe a pris de la maturité et si quelques pièces présentent des arrangements folk un peut datés (une plage avec batterie et synthé par exemple), l'ensemble montre un jeu assez fin malgré des anches toujours un peu fausses.

 

La Sedon Salvadie

FALISCEJES

Durée : 49'07

1992

 

La Sedon Salvadie

STORIES 1985-1995

Durée :

Un CD étape pour les 10 ans du groupe (y en aura-t-il un second pour les 20 ans en 2005 ?) sur lequel on retrouvera donc, naturellement, des pièces des trois albums précédents et quelques autres.

 

La Sedon Salvadie

STRADES DICJANDTS

 

Durée : 44'17 +

 

La Sedon Salvadie

CJANTADE DI NADAL

Durée : 50'33

2002

Difficile pour l'auditeur français, de reconnaître, s'il ne l'a pas lu auparavant, que ce CD est bâti sur un répertoire autour des fêtes de Noël (un thème qui apparaissait déjà par ci par là dans les précédents album du groupe). De courts intermèdes parlés s'intercalent entre chants à Marie, de la nativité ou de l'épiphanie ainsi qu'entre quelques danses qui ne semblent pas spécifiquement de cette période de l'année. De belles voix féminines, en chœur ou en solistes accompagnées par le groupe avec son instrumentation habituelle.

Rappel : voir ma page consacrée à la discographie de la période de Noël en musiques traditionnelles

 

La Sedon Salvadie

Il cil da L'Irlande

Durée : 45'53

2003

Recommandé

Le dernier en date des enregistrement de ce groupe, le plus abouti certainement, le plus original également puisqu'il mêle intelligemment tradition irlandaise et italienne à l'image de la première plage, cette chanson sur le ciel de l'Irlande, qui donne son titre à l'album et chantée dans un style vocal très italien. Visiblement ils n'ont pas cherché à faire un produit très formaté et l'ensemble est agréablement hétérogène : la seconde plage est un folk-song en anglais interprété par un autrichien dans un style qui évoque L. Cohen puis la plage 3 nous ramène près des Alpes avec une valse plus traditionnelle. Tout cela est très pro, malgré un enregistrement réalisé en partie en public lors du festival Folkest 2000 (très bonne prise de son pour un live, seule la balance laisse parfois un peu en arrière certains instruments). Cet enregistrement en situation leur donne le luxe d'interpréter la dernière plage accompagnés par les Chieftains (excusez du peu… ce ne sont d'ailleurs pas les seuls invités du CD) et un chœur féminin italien : une suite qui alterne les pièces irlandaises arrangées par P. Moloney dans son style immédiatement reconnaissable et les pièces italiennes.

 

MARUSIC IS TRIO

ISTROPHONIA

Durée :

Recommandé Trad.Mag.

" …jouaient leurs aires bizarres en gardant des troupeaux de chèvres noires " Cette citation de Jules Verne, orne la pochette, elle est en français mais l'amusante petite faute d'orthographe vient rappeler que ce CD est italien. Quant à la cornemuse, à tête de chèvre naturellement, qui voisine avec la citation, elle nous vient d'Istrie, région à laquelle est consacrée le CD de ce trio au sein duquel on retrouve Dario Marusic qui fait partie de La Sedon Salvadie (voix, violon, piva istrienne etc…), Gabriele Coltri que l'on croise chaque année dans le public de St-Chartier, ce qui explique la présence de musette du centre sur l'enregistrement et Marino Kranjac à la guitare. Le style musical est un peu spécial et demande une petite période d'apprivoisement : certains airs sont presque psalmodiés et certaines phrases semblent un peu répétitives, séparées par une respiration comme si la mélodie était retenue

Jean-Luc Matte (C. Ribouillault l'avait déjà chroniqué dans le n°57)

Rappel : Gabriele Coltri dans "Picotage" et autres...

 

CARANTAN

TROIS

 

Durée :

Enregistré en 1995

Le groupe cherche visiblement l'efficacité rythmique à l'image de la guitare menant la danse sur la première plage, soutenant deux violons pas en reste pour autant. Quelques petites fautes de goût par ci par là (une batterie envahissante sur l'une des plages par exemple) mais un bon CD tout de même, notamment pour l'originalité des danses présentées

 

CARANTAN

IL BAL DA L'ORS

Durée : 49'52

2001

Si la danse de l'ours qui donne son titre l'album a la démarche un peu pataude du plantigrade en question, d'autres plages montrent que ces musiciens peuvent jouer avec plus de finesse. Les atouts du groupe sont indéniablement les voix (on se croirait parfois face à un groupe gascon) et le jeu d'accordéon. Les autres instrumentistes sont parfois un cran en dessous et la rythmique à la guitare m'apparaît souvent un peu redondante avec la ligne mélodique : un choix qui vise certainement à souligner le rythme en bal.

 

 

CLAUDIO CAPPELI GRUP

TERITORI

Durée : 55'37

Un groupe mené, le fait est plutôt original, par un batteur, percussionniste et pianiste. Dix compositions de ce même Claudio Cappelli, quelque part entre rock soft, jazz et variété. Un Cd qui ne vous donnera pas le grand frisson mais qui se laisse écouter.

 

FRIULIAN TRADITIONAL MUSIC

Durée :

Un Cd compilation de groupes du Frioul mais l'éditeur ne s'est pas limité à utiliser son propre catalogue et outre les groupes maisons (La Sedon Salvadie, Braul, Carantan, Nosisa, David Shea ou le duo Venier/Pucci) on peut découvrir ici les chanteur guitaristes Luigi Maieron et Lino Straulino, l'ancien joueur de diatonique Eliseo Iussa et le groupe aux influences de l'Est Strepitz.

 

BRAUL

CLARANDIS

Durée : 49'21

2001

Une belle voix féminine est incontestablement un atout majeur pour un groupe et celle de Gabriella De Cesco donne toute sa personnalité au groupe Braul sur des accompagnements bien en place mais manquant peut-être d'un brin d'originalité. Certains finals à la bombarde ont un petit air breton…

 

CUATRI

2003

Durée :

Un groupe visiblement managé par un compositeur : Paolo Mattoti et un auteur : Gianluca Zanier qui, lui aussi, est un des membres (contrebassiste et chanteur) de La Sedon Salvadie (le monde musical est petit au Frioul…). La composante trad. y est réduite au jeu d'un violon, à des accompagnements plutôt acoustiques (mais il en est également de plus électriques), à une façon d'envisager la musique sans doute également mais, pour le reste, il s'agit plutôt d'un disque de bonne chanson italienne actuelle.

 

M. COSTANTINI ET D.D'AGARO

DISCANTUS

Durée : 50'13

2001

Après trompette et orgue (plutôt classique), bombarde et orgue (plutôt religieux-breton) voici un duo original saxophone et orgue plutôt jazz. Mais ce dernier terme recouvrant un univers tellement vaste, je me dois de préciser : si quelques passages sont plutôt free, nos deux musiciens jouent avant tout de la sonorité de leurs instruments, des similitudes de celles-ci. Ils ne cherchent jamais à remplir l'espace mais laissent respirer ces sonorités. Un jeu parfois mélodique, un orgue qui sait se faire souvent discret (parfois un simple bourdon) : ils ont su me séduire, moi qui n'apprécie en général guère le free ou la musique contemporaine…

 

 

PAUL MILLNS

UNSUNG HEROES

Durée : 48'48

2000

FOOTSTEPS

Durée : 59'40

2003

Recommandé

Juste ce qu'il faut de grain dans la voix pour que celle-ci vous prenne aux tripes, des mélodies apparemment simples mais dont on saisit immédiatement la complexité lorsque l'on s'essaye à les reprendre, un jeu de piano discret et subtil, une intonation sensible, cet auteur-compositeur originaire du Norfolk officie depuis les années 60 dans un style plutôt jazz-blues surtout lorsque l'harmonica est de la partie. Il signe ici ses 10ème et 11ème albums. Si le CD Footsteps est présenté comme "unplugged" (acoustique), Unshung Heroes n'est pas très électrique pour autant. C'est peut-être d'ailleurs la voix de Paul Millns qui est plus âpre sur ce dernier.

 

Jean-Luc Matte (paru dans le n°94 mars-avril 2004)

 


 

Encadré FOLKEST n°2

(pour des contraintes de mise en page, cet encadré n'a finalement pas été publié sous cette forme : les chroniques sont parues individuellement mais je vous le livre tout de même tel qu'il était prévu)

Il y a quelques temps déjà (TM n°94), j'avais consacré un encadré à cet éditeur basé dans le Frioul, en Italie du nord-est, organisateur d'un festival annuel de même nom durant tout le mois de juillet et en divers lieu de cette région. Depuis lors, pas mal de nouveaux CD sont parus, couvrant différents styles, voici les dernières livraisons.

Folkest Corso Roma, 106

33097 Spilimbergo/PN Italy

+39 042 751 230

http://www.folkestdischi.com

http://www.folkest.com/

 

ED SCHNABL

TIMES AND REASONS

Ref :DF60 2007

Folkest

Durée : 46'32

Recommandé

Un CD italien mais un artiste autrichien chantant le folksong en anglais et vivant donc entre Autriche, Italie et USA… Son dixième opus depuis 1986 si l'on compte sa participation à un album collectif de la Sedon Salvadie dont je vous avais parlé en son temps… Du pur folksong, avec le timbre de voix adéquat et l'accompagnement ad'hoc : autoaccompagnement tranquille à la guitare et pas moins de 13 musiciens intervenants ici ou là, de la pedal steel guitar au violoncelle en passant par le diato de R. Tesi sur une plage aux couleurs cajuns. Un résultat plutôt paisible et intime qui sied bien à cette musique et met les textes en valeur, textes qui figurent naturellement dans le livret

Jean-Luc Matte (paru dans le n°125 mai-juin.2009)

 

INDOVINATODUO

INDOVINATODUO

 

Ref :DF50 2006

Folkest

Durée : 37'51

 

INDOVINATODUO

PASSI

Ref :DF63

Folkest

Durée : 52'01

Recommandé

C'est la seconde fois que j'ai à vous entretenir d'un groupe italien de musique irlandaise (et non la dernière, cf ci-après)… Celui-ci, comme l'indique son nom pas vraiment facile à retenir, a la particularité d'être un simple duo, d'une violoniste et d'un percussionniste. Ceci nous donne à entendre une version un peu plus intime de cette musique souvent jouée dans une ambiance "session". Le violon de Fulvia Pellegrini n'a pas tout à fait l'accent irlandais et on peut parfois soupçonner une formation initiale classique. C'est d'ailleurs dans les morceaux lents qu'elle est la plus convaincante, avec une belle sonorité très expressive. Mais elle sait, lorsqu'il le faut, mettre un peu plus de mordant sur les rythmes de danse. Si elle ne peut encore rivaliser avec les plus grands archets d'Irlande, son niveau justifie tout à fait cet enregistrement en soliste. Pietro Sponton manie de son côté les percussions de diverses origines : bodhran naturellement mais également percussions africaines ou latines, sans pour autant faire dans l'ethnique ou la fusion : il reste toujours au service du violon. Mais c'est au vibraphone (un instrument que je n'apprécie pas toujours, notamment lorsqu'il est trop éthéré) qu'il donne un cachet original et intéressant à ce duo. Un an après ce premier CD daté de 2006, le duo remet le couvert dans le même esprit, mais en trio cette fois avec, à l'accordéon à touches piano et au piano, Massimiliano D'Osualdo qui faisait déjà une discrète apparition sur le premier opus. Son rôle demeure toutefois essentiellement en accompagnement et c'est presque toujours le violon qui mène la danse… et les slows airs. Si le premier CD ne comportait quasiment que des traditionnels, celui-ci comporte trois compositions de Massimiliano ainsi que plusieurs de Nollaig Casey et d'Arty Mac Glynn.

Jean-Luc Matte (paru dans le n°125 mai-juin.2009)

 

TISCHLBONG

TISCHLBONG

Ref :DF57 2006

Folkest

Durée : 40'56

Je vous ai présenté ci-dessus le folksinger autrichien Ed Schnabl et les irlandophiles italiens Fulvia Pellegrini et Pietro Sponton : des musiciens qui sembleraient donc se jouer des frontières et voir le monde à l'échelle des pays. Et pourtant, nous les retrouvons parmi les 7 musiciens de ce CD consacré au répertoire traditionnel particulier d'un petit village de 500 âmes. Le village en question, Timau, sur la commune de Paluzza, est perché dans un petit coin du Frioul et trois langues y sont parlées : l'italien naturellement, mais, surtout, le Tishlbongarisch, un dialecte germanique qu'un alsacien comprendra facilement (j'ai fait le test) et une forme locale du dialecte du Frioul. L'école de ce village entretient courageusement cette culture auprès des enfants comme on peut l'entendre sur l'enregistrement. Si l'interprétation est agréable, il est un peu dommage qu'elle ne soit pas plus "traditionnelle", notamment du côté de l'instrumentation : guitares Martin et Fender, batterie, violon, violoncelle, diato… Ces plages en studio alternent avec des enregistrements d'enfants, quelques témoignages et diverses ambiances sonores qui nous rapprochent davantage du terrain même si la dynamique du CD est, du coup, un peu en dents de scie.

Jean-Luc Matte (paru dans le n°127 sept-oct.2009)

 

LOU TAPAGE

ETERNE

Ref :DF64 2007

Folkest

Durée : 44'15

Voilà ce qui s'appelle un groupe folk-rock (guitares électriques, basse, batterie, violon, vielle, diato,cornemuses…) d'origine italienne naturellement mais d'inspiration plus occitane d'où leur nom et des textes de chansons qui se baladent de manière parfois indéfinie entre catalan, occitan, franco-provençal, voire italien, français et espagnol. Ceci ne les empêche pas de débuter l'album à la cornemuse sur une mélodie qui présente quelques similitudes avec " Water Is Deep " puis de finir la même plage avec une autre composition dont la cadence ressemble fort à celle d'un cercle circassien…Entre leurs compositions, vous pourrez reconnaître au passage une mélodie de Cyril Brotto, un standard de Luis Llach, un trad. irlandais et la bourrée bien connue " Derrière chez nous ", ici attribuée à Michel Pichon sous le titre " Last Chance ". Tout cela dans une interprétation naturellement dynamique et bien enlevée…

Jean-Luc Matte (paru dans le n°126 juillet août.2009)

 

DAGDA

MORRIGAN'S WAKE

Ref :DF59 2007

Folkest

Durée : 44'56

Pas la peine de vous faire un dessin, vous avez sans doute déjà compris que ces italiens aussi (de Ravenna) ont un faible pour les musiques irlandaises, voire écossaises et leurs instruments (violon, bodhran, accordéon, tin whistle, uillean pipe, guitares…). Le livret ne nous épargne d'ailleurs pas le couplet mythologique celtique, Dagda oblige… Ils nous jouent ici de la musique irlandaise assez conventionnelle mais jamais caricaturale et finalement avec bon goût : tempis maîtrisés, bon balancement, technique instrumentale plus que correcte, répertoire bien choisi, arrangements faisant alterner les instruments (on est loin du " tout le monde tout le temps "). Même les parties chantées (hommes ou femme) tiennent la route ce qui n'est pas toujours évident pour un groupe non natif. Bref rien de révolutionnaire mais une bonne surprise tout de même.

Jean-Luc Matte (paru dans le n°125 mai-juin.2009)

 

BLIXXA

GENIALI DILETTANTI

Ref :DF65

Folkest

Durée : 37'19

Recommandé

Si l'on excepte quelques interventions d'invités tel Dario Marusic au sopela ou A. del Favero au diato, ce CD est plutôt un CD de chanson italienne que de musique traditionnelle au sens où nous l'entendons généralement mais Giordano Gondolo, possède une vraie voix, à la personnalité marquée, un peu rauque comme il se doit et donnant une impression de sincérité. J'ai d'abord cru à un auteur compositeur-interprète mais tous les titres sont signés du guitariste (Carlo Cesare) et du bassiste (Hobe Marziali) de ce quartet (le quatrième, Eros Bravo étant batteur. Notons également la présence quasi permanente d'un invité violoncelliste). Le Cd débute avec un simple accompagnement de guitare, un peu bluesy entre les couplets, puis le style musical varie ensuite d'une plage à l'autre mais la voix reste toujours sur le devant et c'est tant mieux…

Jean-Luc Matte (paru dans le n°125 mai-juin.2009)

 

 

LA LIONETTA

ARZAN

Ed. Musicali FolkClub EthnoSuoni http://www.folkclubethnosuoni.com

Durée : 46'59

Recommandé Trad. Mag.

Ce groupe piémontais fête ses 25 ans avec cet album et, comme le rappelle le livret, leur parcours les a conduit progressivement de la musique traditionnelle à la chanson d'auteur (en piémontais, langue franco-provençale, naturellement). Mais l'album comporte cependant encore deux traditionnels et , surtout, à l'écoute il est difficile de les reconnaître tant toute la partie musicale continue de s'appuyer, avec bonheur, sur les traditions italiennes mais également tzigano-balkanique, avec une touche médiévale par ci et une 16 pouces qui se prend parfois pour un pipe band par là. Tout cela est festif sur fond de tuba et m'incite à découvrir leurs albums précédents…

Note : Petite originalité : la version anglaise du livret est sur une piste CD Rom

Jean-Luc Matte (paru dans le n°94 mars-avril 2004)


ESPRIT FOLLET

OU VONT LES VIEILLES LUNES

 

FolkClub Ethnosuoni http://www.folkclubethnosuoni.com

Durée : 61'12

Ref : ES 5369

Recommandé

En matière de formules instrumentales originales, on peut penser avoir fait désormais le tour de la question, mais non : voici une formule hautbois classique / accordéon diatonique qui ne me semble pas avoir encore été tentée, du moins ainsi, quasiment sur un CD entier. Car si Sonia Cestonaro et Rinaldo Doro utilisent quelques autres instruments et ont fait appel à deux invités, ce sont bien le hautbois et le diato qui mènent la danse d'un bout à l'autre. L'Italie est, du nord au sud, un pays de riches traditions de hautbois populaire, mais c'est bien du hautbois d'orchestre qu'il s'agit ici, instrument à la sonorité et aux possibilités très différentes des pifferi et autres ciaramelle traditionnelles. Sonia Cestonaro, qui dispose d'une solide formation classique met celle-ci très intelligemment au service d'un répertoire différent et sans jamais affadir ce dernier. Ne nous étonnons pas du nom français du groupe : celui-ci vient du Val d'Aoste et nous interprète compositions, traditionnels, une belle version en variations de " Sous le ciel de Paris " et les beaux thèmes de F. Carpi tirés de la B.O. du Pinocchio de Comencini (souvenirs…).

Jean-Luc Matte (paru dans le N°122, nov-dec 2008)


 

Voir également sur la page Italie 2 consacrée à l'éditeur Finisterre (notamment pour le groupe Zuf de Zur) et sur la page France, les Cds de Picotage


Chroniques Trad. Mag.


livres , DVD
Chroniques des Infos mumuses

Chroniques CDs, DVD, démos, livres
Sommaire de toutes les chroniques

  Menu-->